L’aire d’une sphère

Il y a de ces systèmes qu’on introduit parfois dans sa pratique et je n’y fais pas exception. D’abord les sphères et les dômes qui se succèdent depuis quelques années à partir de mes expériences d’atelier. De ces sphères, une constante quant aux diamètres qui se sont décidés tout seuls en cours de travail. Mes plus grands dômes sont tous de même diamètre, soit de huit pieds.

Sans en faire une constante mais une habitude, les poutres de 6×6 de bois traité m’accompagnent encore dans le travail. Elles m’ont permis d’expérimenter différentes déclinaisons qui empruntent à la charpenterie traditionnelle à tenons et mortaises, sans oublier la sculpture en taille directe.

L’aire d’une sphère
2022
Bois traité, 122 x 122 x 244 m.
Photo: Jean-Michael Seminaro pour CIRCA art actuel

Après avoir fait l’expérience de la taille directe dans des masses pleines mais de format réduit, il fallait bien que j’en vienne un jour à me frotter à l’autre format, le plus grand cette fois-ci, soit le diamètre de huit pieds. Un dôme de cette taille fait de poutres de 6×6 bien tassées? Ça fait combien de morceaux? Ça fait combien de PMP? Combien de livres? Combien de poubelles de copeaux? Combien de dollars? Combien de semaines de travail?

L’aire d’une sphère
2022
Bois traité, 122 x 122 x 244 m.
Photo: Jean-Michael Seminaro pour CIRCA art actuel

Afin de satisfaire ma curiosité, il fallait bien m’y mettre. L’aire d’une sphère, c’est un calcul empirique. Un projet compliqué qui se simplifie un pouce carré à la fois, une forme accidentée qui, d’une coupe à l’autre, trouve dépouillement et silence.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s